Participation aux frais de port :

1 € TTC pour un livre, 2 € pour deux, 3 € au-delà



Editions

Amitiés Spirituelles

Conférences sur l’Evangile

 

Extrait

Tout le monde sait que le mouvement libertaire de l'intelligence humaine, né dans la Réforme, a grandi dans le déisme du XVIIIe siècle et s'épanouit depuis un siècle environ sous les espèces du Modernisme.

En face de lui se dresse la figure immuable de l'orthodoxie catholique, appuyée sur saint Thomas d'Aquin. La Somme n'est pas une encyclopédie; comme son nom le fait sentir, c'est une immense bibliothèque, que les théologiens remplissent peu à peu : ses casiers sont en assez grand nombre pour contenir toutes les applications que l'Église a faites et fera de ses dogmes fondamentaux. La base de la Somme, c'est le Traité de la Vraie Religion. Saint Thomas d'Aquin y pose le catholicisme sur deux colonnes : les Écritures et l'Église et en appuie les enseignements sur les Conciles, les Pères et les théologiens. Ce qu'on remarque dans les magnifiques didactismes de l'Ange de l'École, c'est qu'il prétend tout prouver par la raison; il est aristotélicien; et cependant la raison ne peut prouver le surnaturel, ce surnaturel dont les Écritures sont saturées; elle ne le prouve que négativement. Voilà ce que disent les modernistes, Littré en tête. La seule preuve du surnaturel qu'ils admettraient, c'est le miracle; or ils n'ont jamais pu trouver un miracle certain, authentique, scientifiquement constatable; ils présument donc que le miracle n'existe pas, et le surnaturel non plus. Si les Écritures ne sont pas d'origine surnaturelle, le catholicisme n'est plus divin, mais humain.

D'autre part, l'exégèse nous apprend qu'il y a, dans les livres de l'Ancien Testament et dans ceux du Nouveau, des contradictions, des fables, des erreurs historiques, des interpolations. Le P. Richard Simon et Sylvestre de Sacy s'en étaient déjà aperçus; et tout le monde a lu les déclarations retentissantes d'Ernest Renan et de l'abbé Loisy.

Que répondre à un philologue qui vous prouve que les prophéties messianiques des Psaumes sont fausses, que le livre de Daniel est un apocryphe composé au temps d'Antiochus Epiphane, que l'évangile de Matthieu est un recueil de divers récits ajoutés bout à bout, que Jésus n'est pas né à Bethléem, qu'II n'était pas de la famille de David, que l'évangile de Jean est une greffe alexandrine ?

*

Les intellectuels ont toujours été fermés à la notion de miracle; ils portent en eux une idolâtrie tenace des lois de la matière, et qui persiste même après des perturbations intérieures profondes. Ainsi, dans cette charmante Vie de saint François d'Assise que Jorgensen a écrite, l'anecdote du loup de Gubbio est interprétée comme la symbolisation populaire d'un fait social; et Jorgensen était un artiste, converti au catholicisme par le côté esthétique de cette religion ! Mais c'était aussi un savant, un philosophe; certains aspects de la vie lui échappaient : il ne concevait pas qu'un animal puisse comprendre un saint; c'est une impossibilité; son intelligence travaillait sur un à priori. Que le trop célèbre auteur de la Vie de Jésus juge François d'Assise extravagant, et sainte Thérèse hystérique, cela se conçoit; son maître en psychologie, ce fut Charcot; tous les psychistes qui présentent les saints et le Christ comme des médiums, des magnétiseurs.

ou des mages sont également des matérialistes transcendants, des occultistes. Pour eux, le surnaturel n'existe pas; ils n'ont pas encore fait la différence entre le prodige, dû à une force inconnue de la Nature et le miracle, dû à l'intervention directe de Dieu; il faudra d'abord qu'ils s'aperçoivent que tous les prodiges ne proviennent pas d'une source pure. De même les théologiens seront un jour obligés d'avouer que tous les prodiges ne viennent pas du diable. Il faudra étudier l'histoire naturelle de l'Invisible; il faudra s'apercevoir que c'est un univers extérieur à nous, parallèle à notre inconscient. William James, Boutroux et Bergson ont préparé les intelligences à cette ouverture : j'aurais aimé qu'ils eussent proclamé l'origine traditionnelle et mystique de leurs idées.

Si l'on sent la vérité de ces deux points : l'existence de l'Invisible créé, et l'existence de l'Incréé, toutes les discussions des exégètes et des apologistes perdent leur raison d'être. On s'aperçoit alors que ce qui est vrai, c'est bien moins la lettre des Écritures que leur esprit.

On trouvera dans ces cinq volumes le texte intégral des récits des évangélistes, avec des commentaires de Sédir, selon lesquels l’Evangile, loin d’être un ouvrage périmé du passé, est un livre actuel, guide du christianisme intérieur et du culte en esprit.

~ L’enfance du Christ (Vol. I)

~ Le sermon sur la montagne (Vol. II)

~ Les guérisons du Christ (Vol. III)

~ Le royaume de Dieu (Vol. IV)

~ Le couronnement de l’œuvre (Vol. V)