Participation aux frais de port :

1 € TTC pour un livre, 2 € pour deux, 3 € au-delà



Editions

Amitiés Spirituelles

Sous la forme d’un roman, Sédir peint ici l’un de ces ambassadeurs anonymes que Dieu envoie par intervalles pour arrêter la dégradation du monde. L’assistance divine revêt parfois des formes étonnantes et la promesse du Christ peut se réaliser avec simplicité et dans l’actualité.

Initiations

 

Extrait

Je venais d'atteindre la quarantaine. L'existence affairé du médecin de banlieue n'avait pas éteint les rêves de ma jeunesse, beau temps où j'étais libre de tout quitter pour un livre rare ou pour la conversation d'un mystique. Mes réminiscences revenaient toujours à mon vieil ami Désidérius, mort depuis près de vingt ans, et aux inconnus que j'avais rencontrés à ses funérailles. Et, tous les soirs où la fatigue ne me l'interdisait pas, je prolongeais ma veille en feuilletant le livres qu'il m'avait légués, surtout un petit carnet noir où mes regards s'arrêtaient toujours, sans motif raisonnable d'ailleurs, sur les noms d'Andréas et de Théophane.

Un incident banal vint rompre la monotonie de mes jour. Ma domestique maladroite fit une déchirure à une magnifique soie brodée, qu'un colonial de mes parents m'avait offerte.

Ce splendide panneau représentait un bouquet de branches de pêcher à fleurs roses, se mêlant à des rameaux de cerisier tout vêtus de blanc. Le relief du bois, des feuilles, des pétales vaporeux sortait du fond de la toile comme une ronde bosse polychrome ; les demi-teintes, les ombres transparentes, les mariages de couleurs exquises, tout était rendu avec la délicatesse aisée d'un pastel de La Tour. Trois fleurs avaient été atteintes par l'accident ; et, depuis quinze jours, je cherchai pour le réparer, une brodeuse émérite. Du Marais on m'envoya aux Epinettes ; des Epinettes à l'école professionnel de Plaisance. Là on me dit que, près du lac Saint-Fargeau je trouverai une sorte d'antiquaire, vendeur de toutes sort d'objets curieux ; la femme de cet artiste devait pouvoir restaurer mon chef-d'oeuvre.

Je partis donc un matin de Billancourt, où j'habitais, pour les hauteurs de Ménilmontant. Je connaissais ce quartier de longue date. J'y avais autrefois rendu de fréquentes visites à un savetier alchimiste. Néanmoins je fus long à découvrir la rue que je cherchais. Mais la promenade était agréable, sous le frais soleil d'avril. On se serait cru dans le faubourg de quelque sous-préfecture. Les lilas des petits jardins gonflaient leurs bourgeons ; les feuilles nouvelles des acacias dépassaient les grilles des maisons désuètes, à la Paul de Kock, sur les pavés herbus des bandes d'enfants couraient ; l'orgue de Barbarie, cher au coeur du vieux Parisien, répandait ses mélodies vieillottes. A mesure que la rue montait vers la porte du Pré, les buissons remplaçaient les murs ; les guinguettes, les baraques couvertes en carton bitumé, les jeux de boules se multipliaient.

En entrant dans la rue où habitait mon antiquaire, j'aperçus un coupé de maître arrêté devant une maison à enseigne. C'était une large, antique et confortable voiture ; et ma surprise fut extrême, en jetant un coup d'oeil par la portière, de reconnaître l'installation ambulante que mon vénéré professeur d'histologie, le Dr B.… s'était aménagée pour ne pas perdre le temps de ses courses. Les papiers, les tirages à part de la Société de Médecine, la lampe électrique, la petite machine à écrire, tout y était.

Ne voulant pas avoir à expliquer ma présence, au cas où le professeur serait apparu, je continuai mon chemin. La voiture stationnait juste devant le numéro où je me rendais. je décidai de revenir un quart d'heure plus tard. La rue menait aux fortifications. Un troupeau de moutons défilait juste à ce moment, mené par un homme et deux chiens superbes, de la race perdue des vieux beaucerons. Quelqu'un s'arrêta près de moi pour regarder aussi le travail des bonnes bêtes. C'était un de ces individus avec lesquels, au premier coup d'oeil, on se sent à l'aise et confiant ; de

haute taille, de grande allure, parfaitement mis, chose assez étonnante dans ce quartier et à pareille heure, son abord restait distant, quoique de la meilleure grâce.

Il me dit : Vous aimez aussi les chiens de berger ? - Oui, répondis-je, j'en raffole ; surtout des briards. - C'est comme moi ; nous sommes sans doute de vieux pasteurs, tous les deux. Et il ajouta en souriant : Vous ne me reconnaissez pas, docteur ? n'importe, nous nous reverrons.  - Il me salua et disparut vers la barrière sans que je songeasse à le retenir.